Retour sur le Music 4 Cancer, le festival qui fait du bien!

 

(OK, d’emblée, je l’avoue : ce titre est un peut-être un peu cheesy pour parler d’un festival punk rock! Mais il est et demeure pourtant bien vrai, donc j’ai décidé de l’assumer.)

La 8e édition du festival Music 4 Cancer s’est conclue en beauté le samedi 15 septembre dernier, à Sainte-Thérèse, au nord de Montréal. (Le temps file beaucoup trop vite, ça fait déjà une semaine!). Depuis sa création, le festival relève le niveau de sa programmation de façon significative à chacune de ses éditions. C’était le cas encore cette année, à un point tel que j’ai décidé de sortir de mon terrain de jeu habituel (aka Québec) pour aller explorer ce que l’événement avait à offrir comme expérience.

Après une soirée du vendredi qui a ravi les punk rockeurs grâce à la présence de grosses pointures du genre dont Belvedere, Bigwig et Good Riddance, le samedi offrait aussi un programme fort prometteur. Dès le début de l’après-midi, la scène Thousand Islands prenant place à la Protestante, une ancienne église transformée en salle de spectacles, a permis aux festivaliers de rocker leur journée au son de plusieurs excellents artistes d’ici dont entre autres Colorsfade, Bussières, Down Memory Lane, Set It Back et plusieurs autres. En fin de journée, le site principal de l’événement, soit le terrain de l’hôtel de ville de Sainte-Thérèse, a commencé à se voir envahi de mélomanes en quête de musique rapide. Et on peut dire qu’ils ont été servis à souhait!

C’est au son de Straightline qu’on a lancé les hostilités sur la scène Solotech. Une entrée en matière technique et consistante qui a donné le ton à la soirée. Tant qu’à être de ce côté-ci de l’Atlantique, le groupe allemand a effectué une tournée sur le territoire québécois dans les derniers jours et tous ceux qui ont assisté à leurs prestations ont été conquis par leur grande précision. On a ensuite passé un excellent moment avec les Californiens de Chaser qui ont pris d’assaut la scène de la zone musicale pour une performance énergique où se sont démarqués quelques titres de l’album Sound the Sirens paru plus tôt cette année, et même une excellente reprise de Skyscraper de Bad Religion qui a fait des heureux.

Un moment fort attendu de cette édition aura sans doute été le retour sur scène de Ten Foot Pole. Dennis Jagard et Chris Del Rio (chanteur et bassiste de la formation) se sont produits un peu partout au Québec le mois dernier dans le cadre d’une tournée acoustique qui a permis de renouer avec les plus grands succès du groupe dans un contexte intime et chaleureux. Mais de les voir en formule full band sur la grande scène du Music 4 Cancer apportait une tout autre dimension à la musique du groupe. On y retrouvait cette fougue irrésistible qui nous fait presque sentir comme si on avait 15 ans de nouveau. Bien hâte de voir ce que Ten Foot Pole nous réserve pour l’avenir avec un futur album en production.

Nos oreilles ont ensuite été confiées aux bons soins de Pépé et sa guitare (ou Pépé et ses Papas Punks, comme il s’est lui-même renommé pour l’occasion). Le gars le plus sympathique de la scène musicale québécoise et les tout aussi sympathiques musiciens qui l’accompagnaient ont soulevé la foule dès les premières minutes de leur spectacle avec un set list chargé de bons vieux hits punk rock de Blink-182, Rancid, NOFX, Screeching Weasel et plus. Simple, efficace, agréable, c’était en plein ce qu’il fallait.

On s’est par la suite déplacé de quelques pas pour retourner vers la scène Solotech afin de ne rien manquer de la prestation du groupe suédois No Fun At All. La formation est en grande tournée nord-américaine depuis le début septembre et on l’avait d’ailleurs vue du côté d’Envol et Macadam la semaine précédente. Ce fut un spectacle à la mixité musicale parfaite où les plus grands hits du groupe ont comblé les nombreux fans bien contents de le retrouver et où se sont insérées quelques pièces de l’album Grit paru ce printemps (1er disque de NFAA en près de 10 ans et un de mes coups de coeur de l’année en cours!). Bref, une vraie performance de Master Celebrator!

On a poursuivi ce grand marathon avec Much The Same pour un moment de retrouvailles qui prenait tout son sens au Music 4 Cancer. En effet, le groupe de Chicago qui a fait sa marque dans les années 2000 avec les brillants albums Quitters Never Win et Survive remontait sur scène ce soir-là avec en ses rangs son guitariste Dan O’Gorman, qui a lui-même combattu un cancer de stade 3 l’an dernier. De le voir si heureux sur scène et de voir la réaction de la foule à cette prestation était tout simplement le plus beau et grand « Fuck Cancer » de l’univers, comme en témoigne cette vidéo.

 

Much The Same

Posted by Alyson Heban on Sunday, September 16, 2018

 

Enfin, la tête d’affiche qui couronnait cette édition 2018 était Goldfinger et les festivités sont passées à un niveau supérieur au son de la formation ska punk menée par John Feldmann et ses acolytes Phil Sneed (ancien Story of the Year), Mike Herrera (MXPX) et Cyrus Bolooki (New Found Glory). Ajoutez à cet alignement des membres des Planet Smashers pour une bonne dose de cuivres, une tonne de ballons envoyés dans la foule, la folie quand les premières notes de Superman qui se font entendre : tout était en place pour une fin de festival plus que parfaite.

Mention honorable à toute l’équipe technique pour son excellent travail. Les groupes se sont enchaînés avec rapidité et efficacité au long de cette journée chargée et même les petits pépins techniques (une peau de bass drum est si vite défoncée et une strap de basse si vite arrachée quand on joue du punk rock! ;)) ont rapidement été réglés. Un grand bravo aussi au staff, aux bénévoles et à l’équipe de sécurité, on ressent leur plaisir sincère à être de cette belle aventure et cela crée une ambiance particulièrement relaxe et amicale pendant le festival.

Au-delà de la musique et des spectacles auxquels j’ai assisté, c’est d’ailleurs ce que je retiens de ce premier passage au Music 4 Cancer. L’événement peut s’inscrire dans la cour des grands musicalement, mais il y a en plus une touche d’humanité qui marque. Une petite part de magie qui reste et qui nous habite pendant encore quelque temps. Cette magie qui surgit quand des milliers de personnes se rassemblent pour célébrer au son du punk rock, quand des artistes donnent le meilleur d’eux-mêmes pour la cause, quand tout ce beau monde fait en sorte de faire une différence pour ceux qui n’ont pas la santé nécessaire pour le faire. Ça crée du wow, tout simplement.

Merci au festival Music 4 Cancer, bravo pour cette belle édition et à l’an prochain!

(Un immense merci à Gabrielle Guité pour sa collaboration photo à cet article. Visitez son Facebook et Instagram pour plus de magnifiques images du M4C 2018.)

 

 

 

 

À propos Valérie Morin

Passionnée de musique, d’arts, de mode et de mots...