FEQ 2017 – Notre TOP 5 des spectacles

 

La 50e édition du Festival d’été de Québec est (déjà) terminée! Incroyable comme le temps passe vite quand on fait ce que l’on préfère dans la vie : aller voir des spectacles! Dans une capitale plus animée, achalandée et festive que jamais, les onze derniers jours ont comblé les festivaliers de moments de communion musicale grandioses dont on gardera d’excellents souvenirs.

De notre côté, on cumule plus d’une trentaine de spectacles vus, de nombreux articles écrits très tard le soir (ou tôt le matin?), plusieurs dizaines de photos qui transmettent la magie de l’événement… et plus de 30 kilomètres de marche qui nous ont menés sur les différents sites du festival! L’heure sera au repos pour les prochains jours, mais histoire de clore officiellement ce chapitre, voici notre TOP 5 des spectacles de la cuvée 2017 du FEQ.

 

(Découvrez aussi nos meilleures photos du Festival d’été 2017 ici)

 

Gorillaz – Scène Bell (Samedi 15 juillet, 21h30)

Dire que l’on attendait ce spectacle avec impatience est un euphémisme. Car bien que l’on se rende chaque soir de bon coeur au festival, le programme musical n’est évidemment pas toujours aligné sur nos goûts personnels, mais c’était bien le cas avec Gorillaz. La prestation ultrafestive de la troupe de Damon Albarn a donc comblé les fans que nous sommes, mais aussi tous ceux qui étaient sur les plaines tout en étant peut-être moins familiers avec l’oeuvre de ce groupe virtuel au talent bien réel. Des pièces qui groovent livrées par des musiciens chevronnés, des chœurs riches, des invités qui se sont distingués et l’énergie hors du commun du charismatique leader britannique ont convaincu tous ceux qui y étaient. Même les invités de la zone VIP (ces mal-aimés de la dernière semaine) se sont laissé prendre au jeu ; rarement y aura-t-on vu autant de gens danser et s’éclater pendant un spectacle. Ce choix de programmation audacieux aura été payant pour le FEQ et témoigne du fait que Québec peut adhérer à des propositions musicales plus actuelles et distinctives. Tous ceux qui y étaient vous le confirmeront : ce samedi soir avec Gorillaz était tout simplement magique.

Gorillaz-live-Renaud-Phil-FEQ-2017

 

 

Pink – Scène Bell (Samedi 8 juillet, 21h30)

Une très belle surprise que ce concert pop haut en couleur qui a créé un véritable party à ciel ouvert sur les plaines. Accompagnée d’un band talentueux d’une grande efficacité et de danseurs énergiques, la chanteuse nous a balancé ses nombreux hits de façon plus que convaincante et l’imposante foule présente ce soir-là l’a suivie sans se faire prier. Bien qu’elle n’ait effectué son retour sur scène que très récemment, Pink affiche un sens de la performance toujours aussi épatant. Qu’elle traverse la passerelle au rythme de ses hymnes pop dansants, qu’elle se pose quelques instants pour livrer des ballades en duo avec son guitariste ou qu’elle s’envole littéralement au-dessus de la foule au son de l’irrésistible succès So What en finale, l’artiste est dans son élément sur scène alors que son plaisir, son talent et son naturel nous ont fait voir rose le temps d’une soirée.

 

Metallica – Scène Bell (Vendredi 14 juillet, 21h30)

Quiconque a déjà assisté à un concert sur les plaines dans les dernières années peut témoigner de l’aspect grandiose de la chose. Mais quand c’est Metallica qui brille en tête d’affiche, l’intensité atteint son paroxysme et la soirée revêt alors une dimension mythique, comme ce fut le cas vendredi dernier. Toujours aussi attendus et estimés par le public de Québec, les quatre musiciens ont comblé leurs fans avec un concert explosif et bruyant de plus de deux heures qui a vu défiler leurs plus grands succès. On les aime et on sent bien qu’eux aussi apprécient ce lien étroit inébranlable qui existe entre Metallica et les fans de la capitale qui ont eu droit à une vingtaine de visites du groupe depuis ses débuts. Ceux qui se targuent eux-mêmes d’être nos amis ont mené de main de maître la grande messe métal de cette 50e édition et ont une fois de plus su faire de leur présence au FEQ, un véritable événement en soi. Mention spéciale à la petite vidéo de remerciement diffusée à la toute fin du concert (puis reprise en grand nombre sur les médias sociaux le lendemain), une carte postale qui a fait briller le plus beau de Québec et son amour légendaire du groupe métal.

 

Muse – Scène Bell (Dimanche 16 juillet, 21h00)

De grands invités pour une grande soirée de clôture : la table était mise pour que le dernier spectacle sur les plaines soit flamboyant et Muse a livré la marchandise avec éloquence. Sur scène, le trio britannique est une véritable machine aux rouages parfaitement huilés qui démarre en trombe et ne s’essouffle pas avant que la toute dernière note soit jouée. La popularité du groupe à Québec ne se dément par alors que ses passages en salle affichent complet et que l’immense site des plaines était bien rempli hier soir pour vibrer au son des hymnes rock puissants et fédérateurs de la bande de l’étincelant Matt Bellamy, maître ès solos de guitare hurlants. Bien que très esthétique, le déploiement visuel de ce concert était évidemment moins imposant que ce à quoi l’on a eu droit lors des spectacles intérieurs précédents, mais cela a laissé toute la place à l’énergie musicale furieuse du groupe qui a fait pleuvoir des milliers de confettis colorés sur Québec au terme de sa prestation, pour une finale de festival inoubliable.

Muse-FEQ-FOV-16-juillet-2017-IMG_5427

 

Arkells – Scène Loto-Québec (Lundi 10 juillet, 20h00)

Le FEQ donne lieu à des spectacles-événements à très grand déploiement sur les plaines, comme en témoigne notre présente sélection, mais il y a aussi une réelle magie qui opère sur tous les autres sites, dont au Pigeonnier. On y a vécu l’un des moments les plus festifs et rassembleurs de cette 50e édition lors de l’excellente performance du groupe canadien Arkells qui a chassé la pluie en beauté lundi soir dernier. Dès son entrée en scène, la formation d’Hamilton, menée par son chanteur survolté Max Kerman, s’est facilement emparée de la foule compacte réunie au Parc de la Francophonie et n’a jamais laissé retomber le niveau d’énergie. On appréciait déjà le tout sur album avec l’excellent Morning Report paru l’an dernier et en live, leur pop indie bien dans l’air du temps se fait à la fois accessible et consistante à travers une livraison plus que convaincante. Gagerons qu’ils ont gagné de nombreux fans lors de ce passage à Québec alors qu’ils ont répété l’expérience avec la même intensité à l’Impérial le lendemain en fin de soirée. Un instant de pur bonheur musical pour nous et la preuve qu’il faut aussi se donner la chance de vivre l’expérience FEQ ailleurs que sur les plaines.

Arkells-FEQ-FOV-10-juillet-2017-IMG_1759

 

Nos coups de coeur perso

Parce qu’on a tous nos moments chouchous qui marquent notre festival au gré de nos préférences et nos goûts, voici deux prestations qui nous ont respectivement enchantés musicalement.

 

Valérie a aimé…

MxPx et Mute – Impérial Bell (Jeudi 13 juillet)

C’est avec plaisir que j’ai constaté la place accordée à la musique mélodique bien rapide et énergique dans la programmation du FEQ 2017. Il faut croire que je n’étais pas la seule à m’en réjouir alors qu’un Impérial complet et ô combien chaleureux abritait une foule compacte de jeunes et moins jeunes punk rockeurs prêts à s’éclater jeudi soir. La présence du groupe américain MxPx a fait grimper l’intensité pour culminer avec le classique Punk Rawk Show en fin de soirée, mais juste avant, la formation de Québec Mute a été fidèle à sa réputation en livrant ses pièces avec énergie et précision, pour une performance musicalement enlevante comme en témoigne leur vidéo de cette soirée. Du gros fun pour tous ceux qui y étaient, moi la première!

 

François a aimé…

Talisco – Scène Loto-Québec (Lundi 10 juillet, 19h00)

Le Pigeonnier a été en mode « party » en début de semaine avec une carte axée sur la pop festive. Du début à la fin de la soirée, on a eu droit à des prestations rassembleuses d’une grande qualité. J’étais bien heureux d’avoir la visite de l’artiste français Talisco et de ses acolytes qui nous ont fait découvrir sur scène les pièces de l’album Capitol Vision paru plus tôt cette année. Le chanteur Jérôme Amandi (de son vrai nom) semblait vraiment content et fier d’être dans la capitale et l’énergie dégagée sur scène était palpable. Des pièces parfois planantes, souvent dansantes, toujours très rassembleuses et des sonorités pop et électro nous ont littéralement transportés et dynamisés pour le reste de cette soirée magique au Parc de la francophonie. Le cousin bordelais gagne vraiment à être connu de tous!

Talisco-FEQ-FOV-10-juillet-2017-IMG_1509

 

Voilà! On ferme le livre de cette 50e édition du Festival d’été de Québec avec de la musique plein la tête et des souvenirs plein le coeur. Voici d’ailleurs le montage vidéo dévoilé par l’organisation ce midi qui témoigne en images du succès incontestable de l’événement.

 

La ville nous semble bien tranquille aujourd’hui et on ne peut s’empêcher d’avoir hâte à la prochaine édition! Mais pour le moment, on accroche nos passes et nos espadrilles pour passer une ou deux soirées bien relaxes à la maison… au grand plaisir de notre chien!  :)

Dharma-FEQ-pass-shoes-2017

 

Merci pour tout Festival d’été, sincères félicitations à toute l’équipe pour cette 50e édition et à l’an prochain!